Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
 

EMPLOI DU TEMPS 

LUNDI 10 AOÛT

11 H LES PREMIERS LOTUS D’EUROPE MME LATRON ST SORNIN VALORISE

MARDI 11 AOÛT

15H-17H NOUS SOMMES PREPARATION BALLADES CONTEES

MERCREDI  12 AOÛT

ROSALIE ANNIVERSAIRE

21 H CONCERT MIKE DIBO

JEUDI 13 AOÛT

11H-14H MAYA PREPARATION BALLADES CONTEES

20H-22H ATEEPEEK BALLADES CONTEES

VENDREDI 14 AOÛT

21 H NICO RUSSO MOUTIERS BREVE

SAMEDI  15 AOÛT

11 H MARCHE DES ETANGS MOUTIERS PHOTO LEGENDE

12 H LA SOULINIERE SWING SUR LE GAZON LES CLOUZEAUX PHOTO LEGENDE

70 ANS DE MARIAGE GOURAUD MOUTIERS BREVE

DIMANCHE 16 AOÛT

EXPO VIEILLES VOITURES SAINT VINCENT PHOTOLEGENDE

SALON DU LIVRE MOUTIERS

DATES A PRECISER

FAMILLE GOUPILLEAUX ENFANTS MAÎTRES APPRENTIS SAINT VINCENT VALORISE

MAISON ECONOME ENERGIE DAVIET LE GIVRE SUJET VALORISE

LE MYSTERE DES SOUTERRAINS D’AUBIGNY SUJET VALORISE

LES FUIES DE SAINT-SORNIN SUJET VALORISE

LA FÊTE DES LOTUS DE SAINT SORNIN SUJET VALORISE

VIEILLES VOITURES A MOUTIERS BREVE

LE JARDIN CHANTANT DE SAINT SORNIN BREVE

LA MAIN A LA PATTE DEP BREVE

LES VITRAUX DE L’EGLISE AUBIGNY BREVE

REVEILEZ VOS TALENTS MOUTIERS BREVE

TENNIS CLUB AUBINOIS AUBIGNY BREVE

THE SHED AUBIGNY BREVE

FCVY MARKET SAINT VINCENT BREVE

 
LÉON, T’AVAIS UN NOM !

Souviens-toi ! Son bâton nous guidait vers l’école

Pour traverser la rue au creux du pont de Muire…

Ses enfants partageaient les bancs de nos pupitres

Et son chant se mêlait aux fêtes qui picolent…

Il portait son képi de travers pour séduire

Et sa tenue chantait même le respect des pitres…

Léon c’était la Loi, Tinqueux, le Protocole

Le mot juste qu’il faut pour bien mieux nous conduire…

Tout l’monde le connaissait, il connaissait tout l’monde

Le riche, le mal-loti, le savant, l’être immonde

Et son cœur partageait la misère du quart-monde

Léon n’était ni flic, ni cogne, ni trousse-pets

Il était simplement notre gardien d’la paix…

Léon, t’avais un nom, Léon Warnet, j’aimais

 

8 juin 2020©Copyright René DUBOIS

 
 C’EST BEAU !

L’amour c’est beau si les amours sont belles,

Un enfant c’est beau, Stéphane, Sylvain, Isabelle

Une rose c’est beau, cinq pétales mirabelle

La vie c’est beau, quand le cœur se rebelle

La vertu c’est beau je dans nous se libelle

Le peuple c’est beau, sans impôt, sans gabelle

La paix c’est beau, colombe ou colombelle…

L’amour, l’enfant, la rose, la vie, la vertu, le peuple, la paix c’est beau

Fais-en donc ton label…

7 juin 2020©Copyright René DUBOIS

 
 

TRÈFLE

 

Trifolium, trèfle blanc, trèfle d’eau, trèfle d’or

Un fol homme, très troublant, le credo qu’on adore

To go home, faux semblant, t’as bon dos vieux cador

Une  fraude, accablant !  Si  do do, passe condor

Trois à quatre tremblant, bonheur conquistador…

Trèfle, oseille, pèze

Quatre de trèfle

Banquier, croupier

Argent facile

Bonheur futile…

Trois feuilles sauvages

Des fleurs de rose

L’azote en terre

L’abeille butine

Et tout renaît…

6 juin 2020,
 

SÉMANTIQUE
 

Pierre, Paul ou Jacques
Acropole ou barjaque
Maître ou père
Mettre au pair
Imprescriptiblement
Le pervers vous ment…
L’enfant raisonne
Sémantique des mots
Sa mémoire résonne
Romantique des maux
Psychologie ?
Psychométrie ?
Facteur de réussite ?
Professeur émérite ?
 Le profil vertueux
D’un père incestueux !
Le temps n’efface rien
Tant qu’agit ce vaurien…

 
5 juin 2020

 
LES ROCHERS

Les rochers sous la tempête

Et Thierry dans le vent

De Titanic en Erika

La Bretagne sympathique

Renaît de la Fraternité de ses dunes….

4 juin 2020

 
Merci ! La lame est une arme sans aile mais qui ne manque par d’air…
 
Comme je retrouve chez toi, la jeunesse d'esprit qui manque à beaucoup !
Nostalgie ? Souvenirs ? Tant que nous pouvons regarder devant, regardons, regardons...

 
Je fuis l’hypocrisie je fuis le et pourtant

J’ai toujours attendu l’autre à son prochain tournant

Dans l’espoir qu’il comprenne l’exigence du temps

Rien n’a changé hier, pourquoi pas maintenant ?

 

 Pourtant quand nous allions promener, tu étais toujours loin devant et j'avais déjà du mal à te suivre, souviens-toi !
Il n'y a pas eu beaucoup de fois où nous marchions côté à côté, souviens-toi, cherche bien !

 
 

Reçu 

Ça devient un peu difficile à te suivre. Pourtant j'essaie.

Répondu

Avant de suivre quelqu'un encore faut-il qu'il vous ait rejoint... 

SOUVENIRS SOUVENIRS
Vign_carte-postale-chambrecy-91580
 

-III- La Fraternité construit notre maison


Celui qui aime n'errera pas, quand bien même il ferait très sombre autour de lui…

 

Et oui on vit vraiment dans un monde différent. Parler aussi irréellement d'un futur où de moins en moins de personnes seront dans le besoin. C'est avoir une notion irréelle du monde dans lequel on vit. Moi, je constate que de plus en plus de gens dorment dans les rues, que les étudiants ont de moins en moins de moyens, que les "riches" ont de plus en plus de moyens…

 

Finalement tu as beaucoup d'assistants. Et cette visite de ce matin, ça t'a changé les idées je pense ?


Le fils d’Yves et de Bernadette est revenu avec sa famille s'installer Saint-Vincent-sur-Mer ? C’était la première fois que nos anciens voisins du Traversier allaient retrouver leur enfant chez lui depuis bien des mois de confinement… Alors je leur ai donnés un petit panier de fraises, des fraises de mon jardin, des fraisiers de son jardin, glanés il y a quelque trois ans juste avant la démolition de leur maison ? Avant !c’était au Traversier… Aujourd’hui le Travers Scié

 

TRAVERSIER

Tout aux sources du Graon, Traversier m’a souri,
Rappelle-toi  de ce jour, où les champs enfleuris
Annonçaient  notre route, des Landes  aux Jolteries…
Vingt  ans s’y sont passés, de Paix, en rêveries
Etrangers nous étions, le temps  nous a chéris…
Rappelle-toi ces enfants, de tant d’Amour nourri,
Sur les marches des ans, ils ont gardé l’esprit,
Ignorant tout des grands, les querelles, le mépris,
Et semant de leurs mains des paroles, et des cris,
Reflets de leur bonheur, d’être ici, être épris…

 

1er janvier 2006©Copyright René DUBOIS

 

TRAVER SCIÉ

Tout autour du Graon, la sablière s’écrit
Rognant tous nos espoirs, jactance supercherie,
Annexant toutes nos terres du Noyer aux Maugeries…
Vingt  ans d’un fol accent, volubiles menteries
Ensablés nous serons, derniers griots meurtris

Rêvant d’une seule voix, « Ohé ! Tu nous as pris ! »

Susurrer, placoter, truculentes duperies
Cupides meurtrissures, bagou d’effronteries
Illusoires résurgences, sources de vies taries,
Espiègle paradis de l’argent qui pourrit !

 

1er janvier 2017©Copyright René DUBOIS

 

Yves partageait son savoir-faire de maçon pour rénover mon toit… Bernadette partageait son temps pour combattre le démon qui écoutez bien « Construit votre maison ! » alors qu’il en avait démoli cinq dans mon village ! Que cent vingt camions de trente tonnes parcourent chaque jour quelques cent kilomètres pour livrer la silice de l’unité de criblage et de séchage à l’unité de cuisson et de conditionnement ! Sans oublier que cette silice née de l’argile de notre Val du Graon se soit mélangée pour autant à du sable d’Espagne ou de la mer !

 

Et puis cet article de presse né d’une collaboration active entre une journaliste et le correspondant de presse que je suis aujourd’hui…

 

«Vous rêviez de Californie? Evadez-vous près de chez vous...» C’est l’une des promesses faite par Vendée Tourisme dans sa nouvelle campagne de communication, lancée la semaine dernière. Pour attirer les vacanciers, elle invite à rejoindre La Tranche-sur-Mer ou Jard-sur-Mer, pas si éloignées de l’Etat américain, selon elle, en raison du surf, de la longue plage ou en encore des falaises se couvrant «d’une lumière ocre et brune».

 

Mais attention à ne pas rentrer l’adresse trop vite sur votre GPS... Car en indiquant la Californie, peut être que vous arriverez directement dans la campagne de Saint-Vincent--sur-Graon. Une commune rurale située, certes, entre La Roche-sur-Yon et L'Aiguillon-sur-Mer, mais encore loin des premiers grains de sable, même si elle est une des rares communes à conjuguer le Marais Poitevin, la plaine et le bocage !

 

Ici, un panneau affiche clairement le nom du lieu-dit: La Californie. En arrière-plan, on découvre même un cheval taillé dans le bois, aux yeux rouges et dont la crinière semble flotter dans le vent. Se serait-il échappé d’un ranch américain?

Non, pas du tout. En fait, c’est Yvon Tesson, le propriétaire des lieux, qui raconte cette curieuse histoire. « J’ai toujours vécu ici, mes parents aussi, explique-t-il. Mes grands-parents avaient acheté la ferme en 1921 à un agriculteur qui l’avait acheté à un Américain, qui exploitait le four à chaux et une briquèterie aux alentours. C’est encore écrit sur la cheminée, OWART 1848», du nom de cet Américain venu importer sa Californie ici.

 

Quant au cheval, il est apparu en 2010, après la tempête Xynthia. Alors que les arbres s’étaient couchés, seul le tronc du saule de l’entrée était resté debout. Yvon Tesson a alors modelé son saule d’une tête de cheval, le cheval de la Californie... 

 

L’arrivée de l’Américain a bousculé l’histoire de ce lieu en y laissant sa signature car auparavant, « Le Four était un village important. Tous les anciens connaissaient le Four, pas la Californie.»  Pourquoi? Depuis des temps immémoriaux, près du puits, il y avait un grand four à chaux. «Il servait à alimenter les briquèteries et les tuileries des environs». Une histoire parmi d’autres dans ce coin qui a conservé les traces de l’Histoire: les carrières de pierres blanches, le four où elles étaient brûlées pour faire de la chaux vive, le puits juste à côté qui fournissait l’eau  en quantité, situé à la croisée de deux rivières souterraines. «Jamais cette source n’a tarie», indique Yvon Tesson. Alors,  pas à l’Eldorado? 

 

Et cette histoire me rappelait mon enfance et mon Pépé maçon puisatier qui construisait ses caves de Champagne, ses puits et nos maisons avec les matériaux du cru ! Ces maisons, ces puits, ces caves qui existent encore aujourd’hui ! Comme les briques décrottées récupérées de la Gravière pour construire la villa Mon Désir de la rue Gabriel Péri de Tinqueux ! Comme les carreaux de terre nés d’une boue d’argile et de menue paille malaxée des heures par mes petits-pieds d’enfants !

 

Le paroxysme de l’argent fou qui privilégie de vivre à Saint-Barth et de faire le tour du monde en moins de quatre-vingt jours ?

 

La cupide marchandisation de la proximité d’efficience pour construire les mêmes maisons partout dans le monde avec les mêmes matériaux qui ont fait trois fois le tour du monde avant qu’on te loue un toit, pas à toi !

 

Avant, il n’y a pas si longtemps, tu savais d’où provenaient les matériaux pour construire ta maison… Tu savais qui la construisait avec toi… Et si le toit était de chaume ? Et si les murs étaient de pierres sèches ? Et si le sol était de terre crue ! Ces maisons, nos maisons respiraient d’amour et de fraternité…

 

Et si demain on retrouvait le bon sens de la proximité ? La Fraternité, la proximité d’efficience…

 
 

-II- La Fraternité transcende le silence du temps

 

Voici quelques-unes des premières contributions reçues hier…

 

Comment, sans courber l'échine, avoir un penchant pour autrui ?

 

Comme quoi, c'est toujours bien de faire savoir ce que l’on pense…

 

J'ai tout lu, mais penses-tu qu'Anne-Marie puisse propager ses idées si elle n'a plus de responsabilités  A-t-elle encore des contacts afin de matérialiser tout cela ? Ce serait bien alors…

 

Plus je réfléchis à l'avant propos de ton mail du 15 mai 2020 plus je me dis que oui tu as toujours assumé les décisions que tu as prise mais aussi que le combat est pour toi quelque chose que tu ignores et que tu fuis. 

 

Tu m'as dit un jour que tu connaissais quelqu'un au Girouard ? Cette personne connait-elle quelqu'un connait Le Girouard en 1961-1962 ? Mes parents y enseignaient à l'école publique et mon premier souvenir traumatique y est lié à moins de 2 ans !

 

Toujours merci pour tes partages poétiques et autres…

Ne t'inquiètes pas de mes silences, ils sont le fruit de mon travail intérieur, non pas de l’indifférence !

 

J'ai tendance manifestement à être escargot, lentement mais sûrement ! J'accompagne plus aisément énergétiquement..., mais c'est également bien de m'aider à me reconnecter au terrestre et de se rappeler à moi comme tu le fais de temps en temps…

 

Si ça intéresse quelqu'un, j'ai un pied de consoude qui a poussé anarchiquement au milieu du jardin, et aussi de la mélisse entre autres ! Sur quel support internet puis je écrire plus aisément ? Ça commence à prendre forme dans ma tête… Il est temps que j'avance vraiment !

 

Cher jardiniers, face aux circonstances actuelles, l’association lance un appel aux dons de plants de légumes et graines. Quelques bénévoles de l’association vont offrir leur temps afin de planter ces plants et graines sur les parcelles libres. L’intégralité de ces récoltes sera ensuite distribué aux personnes dans le besoin, espérons le moins possible !

J’étais déjà comblé par vos mots partagés… Et c’est alors le premier message d’Anne-Marie…  Nous l’avions retrouvée dans sn petit village aveyronnais…

 

Cher monsieur, le maire de notre village vient de me dire votre appel téléphonique et son objet formidablement sympathique. Vous me pardonnerez, j’espère, de ne pas arriver à situer les circonstances de notre rencontre ni son lieu. Je sais en revanche, à vous lire, que vous avez été frappé par des propos tenus à l’occasion d’une intervention sur cette notion de proximité souvent bien mal comprise.


J’indiquais alors et j’en suis encore convaincue que la proximité ne doit pas être seulement géographique. Elle est celle de cette fraternité, de ce cœur à cœur qui permet au message d’être non seulement écouté mais entendu et compris. Elle doit encore être efficiente, c’est à dire apporter une réponse efficace, rapide et juste. J’ai souvent eu du mal à admettre que l’on puisse réclamer des «services publics de proximité» qui n’auraient eu que la qualité de la «proximité géographique»! Les circonstances actuelles, l’évolution de nos administrations me donnent, me semble-t-il raison!


J’espère que ce message vous trouvera, en Vendée je crois, aussi serein que possible à la sortie de cette période de confinement. Je vous remercie très vivement de votre amicale manifestation à mon endroit et vous assure, Monsieur, de ma meilleure considération.

Signé Anne-Marie Escoffier, Ancien ministre, ancien sénateur, inspecteur général de l’administration et préfet honoraire


Et elle ajoutait : dans laquelle de ces situations nous-sommes-nous rencontrés?

 

Je lui répondais dans l’instant et sa réponse fut tout aussi immédiate et riche pour notre réflexion…

 

Me voilà quelque peu bouleversée par une réponse aussi rapide et qui, bien sûr, fait renaître bien des souvenirs et des émotions. Merci d’avoir rappelé cette «séquence» de dialogue si rare pour un ministre souvent très seul malgré les apparences! 

 

Je crois avoir pressenti que je n’aurais jamais donné suite à ce courrier qui pourtant proposait des démarches, des initiatives dont il aurait été intéressant de débattre! J’en ai parfois voulu à mon cabinet qui m’a soustrait des courriers, seulement avec l’intention bienveillante de me décharger un peu… Était-ce le cas? En tout cas, je lis cette note comme si c’était une première fois!

 

Je puis, en tout cas, assurer que, après avoir quitté le Gouvernement à ma demande, je n’ai pas changé d’un iota ma façon de voir.

Aujourd’hui le bénévolat, pur bénévolat, me donne l’occasion de vivre cette Fraternité et de pratiquer non pas un «vivre-ensemble» mais un «être-ensemble» qui correspond mieux à ma sensibilité éloignée du «paraître».

 

Je ne peux que souhaiter «bonne route» au chercheur d’harmonie et de vérité qui travaille au Dialogue Philosophique !

 

En toute amitié reconnaissante.

Anne-Marie Escoffier

 

Ses mots se conjuguaient aux miens… Nos mots se conjuguaient aux vôtres… Nous allions poursuivre notre quête de Fraternité…

 


 

 

-I - La Fraternité, une proximité d’efficience

-          

"Bonjour Anne Marie… Je me souviens d'un fabuleux discours où tu parlais de Fraternité d'efficience, ce dont aujourd'hui on a le plus besoin…" Hier, ces mots, ses mots ont raisonné à mes oreilles… Je les entendais pour la première fois en octobre 2012…

 

Je participe à un congrès politique important auquel. J’y suis mandaté par mes amis pour éclairer les congressistes sur la situation politique vendéenne et comment nous espérons voir les valeurs républicaines de Liberté, d’Egalité, de Fraternité, de Laïcité se développer dans la région.

 

Je suis de plus chargé de réfléchir au concept qui pourrait répondre aux pouvoirs de l’argent, de l’économie et de la finance, comme la Laïcité avait été la réponse aux pouvoirs des religions et des obscurantismes !

 

Je passe mon temps de TGV à réfléchir et je ressasse  mes dernières idées, et je me remémore les dernières paroles entendues à La Roche, à l’Aiguillon et à La Tranche… Et si la FRATERNITE n’était pas cette réponse ? Au congrès j’interviens dès le premier jour pour exprimer mon ressenti. Le soir, j’ai l’agréable surprise de voir que mes interrogations ont touché.

Le lendemain c’est encore plus marquant. Mais le plus, sera quand j’entendrai au milieu du discours de Madame la Ministre Déléguée à la Décentralisation ces mots "La Fraternité, une proximité d’efficience".

 

Alors à la fin, là où tout se dit, là où tout s’écrit encore pour tous ceux qui ont encore quelque chose à dire, je peux m’entretenir une bonne dizaine de minutes, en tête à tête, avec Anne-Marie notre ministre,  au sujet du concept qu’elle vient de définir…

 

C’est un rare moment de bonheur pour un écrivain. Tous les mots ont un sens pour elle. N’a-t-elle pas été professeur de Lettres Classiques ?

 

Alors permettez-moi de vous donner copie de la lettre que je lui ai fait depuis parvenir :" Suite à notre rencontre lors du congrès, et à l’échange très littéraire et philosophique que nous avons entretenu sur l’importance de la sémantique, et notamment du concept de "Fraternité, proximité d’efficience", les membres de mon groupe m’ont mandaté pour t’informer du résultat de leur réflexion, dans le domaine du champ de compétences ministérielles dont tu as la charge.

 

Comment assurer une citoyenneté républicaine à travers nos institutions ?

Comment répondre aux déviances des différents pouvoirs qui sclérosent ou dénaturent les valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité ?

 

Nous cherchions un concept universel pouvant répondre aux pouvoirs de l’argent et de l’économie, comme la Laïcité avait été la réponse aux pouvoirs des religions et des non-religions.

 

La Fraternité, l’oubliée institutionnelle de nos valeurs républicaines, qui va bien au-delà de la simple solidarité, cette interactivité du partage, en droits comme en devoirs nous semblait être cette réponse.

 

Ton discours nous a confortés dans cette analyse. Et ce concept de "proximité d’efficience" nous a éclairés dans les propositions que nous devons faire pour réenchanter le rêve de citoyenneté du peuple.

 

La réforme des institutions exige deux points fondamentaux : la proximité décisionnelle basée sur une démocratie participative permanente et non-plus seulement sur une délégation élective sans retour citoyen, et la garantie d’efficience basée sur une mutualisation fraternelle des moyens et non-plus seulement sur les valeurs économiques du service fait.

 

Substituer une démocratie des services à une démocratie de projet et du mieux-vivre ensemble.

L’un des actes importants du mandat en cours du nouveau Président Français,  sera de redonner un sens aux mots démocratie et citoyenneté.

 

Cela devrait passer par quatre réformes institutionnelles importantes.

 

Sortir de l’opacité de qui décide pour vous ?

 

1/ La réorganisation des étages décisionnels territoriaux Europe, Nation, Région, Département, Pays, Communauté de Communes, Commune, voire Commune associée ! Ce sont au moins 7 paliers institutionnels qui concernent chaque citoyen ! Avec pour chacun d’eux des modalités d’élection ou de désignation de ses représentants différentes ! Avec pour chacun d’eux des modalités de contribution différentes ! Avec pour chacun d’eux des administrations  différentes avec qui le citoyen lambda se doit de composer, même si souvent les élus décideurs sont les mêmes personnes !

 

2/ Ne plus confier les études aux seuls cabinets privés coupés des réalités citoyennes. La nécessité d’un organisme consultatif local à côté de chaque conseil décisionnaire et exécutif local.  Les Conseils Economiques Sociaux et Environnementaux fonctionnent bien, notamment auprès des Régions.

Les Conseils locaux de Développement pourraient également aussi bien fonctionner si leur composition et leur mandat étaient respectueux de la Loi. Comment aujourd’hui parler au nom de la Société Civile, sans lui donner les moyens et le lieu de contribuer à la vie publique ?

 

3/ Ne plus faire de la politique ou de l’action militante un métier. La nécessité du non-cumul des mandats électifs et représentatifs exige l’obligation d’un code de déontologie. Limiter le nombre de mandats électifs à deux dont un maximum d’exécutif local ou parlementaire. Limiter le nombre d’un même mandat dans le temps  à deux (ou trois).

 

Limiter le nombre de mandats représentatifs (dans le cadre institutionnel) à deux.

 

S’engager à respecter un Code de déontologie qui interdise tout conflit d’intérêt.

 

4/  Assurer à tous, les moyens d’être représentés. La nécessité de la réintroduction d’une représentation proportionnelle doit s’imposer pour chaque élection politique. Il faut substituer le concept de "représentation de tous" au concept de "représentation des minorités".  Les Hommes ne sont-ils pas des femmes, des hommes, des jeunes, et des personnes issues de l’immigration ?

Il faut substituer le concept de "confort d’usage pour tous" au concept d’aide aux handicapés, aux personnes défavorisés, aux personnes différentes  de par leurs origines, leurs situations sociales, physiques, mentales, culturelles,…

 

Tous les responsables d’exécutifs locaux doivent être désignés par le suffrage universel.

 

La circonscription d’éligibilité doit correspondre à la territorialité du mandat. (Commune pour les conseillers municipaux, région pour les conseillers régionaux,…)"

 

Tout cela semblait bien loin des préoccupations d’un atelier d’écriture et pourtant, le jeudi suivant j’abordais le sujet  avec des résidents de l'Ehpad d'Avrillé. Voilà ce que j'ai retenu de leurs aphorismes. Je pensais que deux ou trois résidents pourraient les dire à une foule de personnalités, lors de l'inauguration du vendredi soir.

 

Pensées perdues, "il ne faut pas traumatiser les bonnes consciences"!   Voici donc pour vous, les humbles, les sans-grades, la synthèse de l’atelier d’écriture du 11 octobre 2012, par quelques sans-grades… Comme quoi, les "vieux" ont encore beaucoup à apprendre aux "jeunes", ou des "jeunes" qui le sont peut-être, ou qui plus sûrement, croient l’être encore !

Pauvreté ou misère ? Fraternité ou solidarité ?

 

"Les cabanes à puces, les granges offertes aux chemineaux n’existent plus… "

 

"On partageait la soupe, puis il y a eu la soupe populaire, puis les restos du cœur ! A-t-on besoin de resto ? Où est le cœur dans tout ça ?"

 

"Un pauvre ne demande jamais rien, il a toujours quelque chose à partager…"

 

"La sympathie n’a pas de prix, l’amour n’a pas de prix, la compassion n’a que le prix de la suffisance…"

 

"N’envie pas les plus riches que toi. Aide-les à rechercher la richesse de leur conscience…"

 

"La pauvreté t’oblige au partage, la misère à l’oubli et au dédain…"

 

"Il y a toujours eu des pauvres, si seulement il pouvait y en avoir encore. La pauvreté c’est un état dans lequel chacun de nous peut se retrouver. La misère c’est un état dans lequel tu installes l’autre pour mieux l’asservir…"

 

"C’est inquiétant de penser que ses enfants et même ses petits enfants sont obligés de payer pour vous…"

"L’avarice, la jalousie, l’obsession de la possession, l’envie de dominer !!! "

 

"Chacun de nous a sa place dans la société. Chacun de nous apporte quelque chose à l’autre"

 

"La Fraternité implique un échange mutuel sans notion de hiérarchie et de valeur… financière bien entendu !"

 

"La solidarité implique une aide ciblé de quelqu’un vers un autre. A force elle peut être ressentie ou attendue comme de l’assistanat…"

 

"Vouloir suffit parfois à l’envie de Fraternité… Pouvoir suffit à limiter le champ de la solidarité"

 

"Ce n’est pas facile de quitter sa maison. Sa maison c’est soi !"

 

"La vérité sur soi, ça fait mal !"

 

"Pour bien faire, il faudrait partir en route…"

 

"Si l’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue ! Remplace le mot argent par les mots amour et partage et tu ne peux plus dire autre chose que l’Amour contribue à faire le Bonheur…"

"La proximité géographique fructifie l’efficience des biens matériels. La proximité idéologique, spirituelle fructifie l’efficience des biens immatériels…"

 

Tous ces mots transcendaient les mots d’Anne-Marie énoncés le 18 février 2013 lors d'une interview sur son action au gouvernement

 

"Au fond, je ne pense pas être une femme politique.
Je crois en revanche que je donne priorité partout à l'humain. Pour moi, donner un sens à sa vie, c'est la donner pour l'autre. Se sentir responsable et redevable envers son pays."

 

Bien de nos possédants, bien de nos décideurs devraient méditer sur ces mots !

 

La Fraternité, une proximité d’efficience ?

 
 

DESABUSE - MEURTRI - TRAHI

Quand la trahison souffle, l'amour s'envole

 

Désabusé, meurtri, trahi

Usé jusqu’à moelle

Oublié de tous poils

Les nantis se dévoilent…

 

Qui que tu sois en guerre

Qui que tu fus hier

Demain tu seras fier

De partager la vie…

 

Oublie ceux qui t’oublient

Les méchants, les gentils

Les pauvres, les démunis

Combats l’hypocrisie…

 

Ne fuis pas les immondes

N’entre pas dans leur ronde

Leur faconde féconde

Espère un autre monde…

 

Construis notre avenir

D’amours, de souvenirs

Sache nous contenir

Oser n’est pas finir…

 

15 mai 2020©Copyright René DUBOIS

 
 

HISTOIRE, MEMOIRE

Notre Histoire s’écrit sur la pierre du temps
Pour que vivent les mémoires de nos chênes d’argent…

 

Hier, une journée sans,

Cent raisons de pleurer

La perfide déraison

Des maîtres du savoir

Des tenants de l’Histoire

Pour quelques grains d’argent !

Et j’ai repris ma plume,

Leur plume de boutons

Transcris sur un écran

Ces quelques mots futiles

Pour taire mes pulsions…

Demain, demain peut-être

Lirez-vous cette histoire
Mais dans un mois c’est sûr

Plus rien dans vos mémoires

De ces mots insipides

Sans la saveur du temps

Qui s’enfuit dans l’instant…

Dix mille ans sont passés

Les mégalithes parlent

Cent ans de souvenirs,

Effacent de nos mémoires

La craie de nos ardoises

Et demain plus un mot

Par la veille frappée

Sur l‘espace éclairé

D’une lumière éteinte…

Quand saurons-nous renaître

De ce monde virtuel

Où la pierre et le temps

N’ont plus d’âme à écrire

A penser, à médire ?

 

14 mai 2020©Copyright René DUBOIS
 
 

PAS D’ENVIE, PAS DE VIE

 

Le train-train quotidien reprenait son entrain

Les mots moiraient mes maux de motivants émaux…

Le choeur des directeurs à contrecœur des cœurs,

Vivifiait mon avis d’une vie sans envie…

La terre voulait renaître  de ces pairs délétères…

Un soleil de vermeil, émerveillait mes veilles

Je rêvais d’un verger, vérité avérée…

Ses fruits se sont enduits du bruit de leurs produits

Et je me suis enfui dans le puits de ma nuit…

 

11 mai 2020©Copyright René DUBOIS

 
 

J’aime ce poème

 

Elles chantent les amours chères quand l leur cœur est sans voix

Ils chantent la misère quand l’argent les fait rois

Vous chantez notre père quand le sang est sans foi

Nous chantons la mal guerre quand les gens sont sans toit

Elle chante leur cher frère, le temps est aux abois

Il chante la colère quand le vent  se fait Loi

Tu chantes ton grand-père quand ton rang n’est plus toi

Je conjugue à l’envers, le présent fait d‘émoi…

 

Trouvez votre personne, mon bonhomme ronchonne

Cherchez l’autre personne, mon téléphone sonne…

 

René Dubois, 10 mai 2020

ECRIVEZ NOUS
Nom :
Prénom :
Email :
Message :
Veuillez recopier le texte
affiché dans l'image :

 
 

2020, Année Internationale de la santé des végétaux…

 

 

Deux Mil Vingt, formatage, santé des végétaux

Entraide, symbiose, partage, ensemble sans véto

Unissons nos adages, cessons nos crimes létaux

Xénophobes sabotages de déchets sociétaux…

 

Mémoire, tradition, impensable pensée

Intangible mission, naître, croître sensée

La fleur de la passion, la graine ensemencée…

 

Vivre, essaimer, semer, la Nature procrée

Intense et animée de plantes consacrées,

Nourries et parfumées de terre et d’eau encrées…

Gare à trop consumer nos ressources massacrées…

Toujours d’Amour aimez sa santé c’est sacrée…

 

 

01 janvier 2020©Copyright René Dubois, La Plume Boissiéroise

JULIE
Vign_DSC00522

JULIE

 

Julie, belle ingénue, le don de soi pour l’autre,

Un amour  de bonté, de partage, une apôtre,

Les secrets de l’Amour, les secrets de la Vie,

Inondent notre monde de plaisirs assouvis…

Enchanteresse aimante, tu nous cries tes envies…

Etymologie : De la famille romaine de Iule (latin).

Fête : 8 avril

Les Julie sont des personnes sociables et agréables qui possèdent un certain charme, mais demeurent réservées, sans doute par méfiance et prudence. Ce sont des femmes nerveuses, facilement inquiètes, impatientes et irritables. Elles sont souvent difficiles à comprendre, car leur nature est double. Elles se montrent parfois mobiles, communicatives, enthousiastes, curieuses, respirent la joie de vivre, s'adaptent promptement à toute situation, coquettes au point de paraître légères ou superficielles. à une autre période on sera étonné de les voir sérieuses, travailleuses, patientes et même très moralisantes. Cette alternance pourra se percevoir, car, si elles aiment le contact, la communication et recherchent le monde, elles ont aussi besoin de solitude pour se retrouver et faire le point. Ainsi, elles apparaîtront épicuriennes, désireuses de prendre du bon temps et de s'amuser, dépensant sans compter puis franchement plus austères, thésaurisant en pensant à l'avenir. Attirées par le changement et la nouveauté, elles seront aussi sensibles à la sécurité et au confort, et rechercheront parfois la routine. Elles ont tendance à intérioriser leurs sentiments et parleront beaucoup plus facilement du dernier film qui vient de sortir que de leur jardin secret, ce qui les fera passer bien souvent pour des femmes insensibles et hautaines. Elles ont le sens du devoir et des responsabilités, se montrent capables de volonté, d'activité et de courage. Mais il peut leur arriver d'être prises en flagrant délit d'infidélité à leurs grands principes et à leur moralité... Enfants, les Julie sont agréables car elles sont suffisamment malignes pour savoir ce qu'il faut dire et faire pour plaire à leurs parents. Assez nerveuses et inquiètes, elles devront être encouragées et elles auront besoin de dialogues et de communication. Il faut donc instaurer avec elles une relation de confiance et d'écoute.

8 septembre 2017©Copyright René DUBOIS

 

L'APHORISME DU JOUR

Si l’Homme commet la faute de naître, sa plus grande faute est de n’être rien le reste de sa vie… 

René Dubois 18 septembre 2018

 

 
                                      HANNAH

Hannah, l’orchidée, la fleur de l’Aubonnière

Ambre son champ d’amour de senteurs printanières…

Notre jeune ingénue au logis des meunières

Noue ses accroche-cœurs aux reflets de lumière,

Accueille l’inconnu d’agréable manière…

        Hannah, mon palindrome, mon cœur, ma jardinière…

 

Etymologie : Fleur (japonais).

Fête : 26 juillet

Hannah a une personnalité énigmatique. Elle est calme, secrète et pondérée. Elle se méfie particulièrement de son émotivité et de tout ce qui concerne la sphère affective. Sa réserve et sa discrétion ne sont pas sans rapport avec une certaine inhibition. Elle évite de déranger et essaie de résoudre seule les problèmes qui se présentent à elle. Patiente, concentrée et déterminée, elle sent intuitivement que le temps travaille pour elle. Sa volonté et sa capacité de travail sont supérieures à la moyenne, mais son rythme d'exécution n'en est pas pour autant plus rapide. En effet, elle se révèle lente, ce qui peut la retarder dans sa réalisation sociale ou professionnelle. Elle ne croît pas en la chance. C’est une intellectuelle à l'esprit à la fois analytique et sceptique. De longues études lui conviennent fort bien. Hannah est dotée de réelles qualités morales et on peut lui faire confiance même si elle se montre quelque peu rigide. Enfant, elle est calme et secrète et se réfugie facilement dans sa tour d'ivoire. Il serait souhaitable de la stimuler et de l’encourager, car elle doute toujours de ses capacités. Il serait bon de favoriser son expression orale et sa sociabilité en la faisant participer à des activités de groupe.

 

20 août 2013©Copyright René DUBOIS
 
         ANNE–CLAIRE

 

Anne-Claire, bien-nommée, elle élève, elle est grâce,

Nymphéa passionnée, elle est tendre tenace,

Naturelle emportée, elle est sans carapace

En disant qu'elle vous aime d'une simple dédicace…

-

Comme une enfant chérie, elle sait perdre la face

L’amie, la mère, la fille,  se veut toute efficace

Ardente, pétillante, c'est la vie qu'elle embrasse,

Initiant dans vos rêves un doux parfum d'audace…

Raisonnée, décidée, qui d'autre qu'elle à sa place ?

Espérez de son cœur,  l'indélébile trace…

Etymologie : Grâce (hébreu). Illustre (latin).

Fête : 26 juillet, 11 août

D'apparence calme et impassible, Anne-Claire n'est pas pour autant inactive. Seulement elle ne s'affole jamais, agit avec sérieux et sérénité et a les pieds bien sur terre. Anne-Claire est assez introvertie et ne se livre pas facilement, elle est aussi assez timide, réservée et manque de confiance en elle. On ne sait pas toujours ce qu'elle pense et ses silences, qu'on pourrait prendre pour de la « bouderie » ou des hésitations, sont en fait des moments d'observation et de réflexion pour Anne-Claire. Elle est très objective et ne s'accapare pas tout ce qui se trouve autour d'elle, au contraire elle aime venir en aide à son entourage. On pourrait dire qu’Anne-Claire a une moralité, un système de valeurs, des croyances très conventionnels, elle ne veut pas choquer même s'il lui arrive d'en avoir envie. Elle est avant tout raisonnable. Anne-laure contrôle son intuition et ne lui apporte que très peu de crédit. Anne-laure réfléchit à toutes ses actions, pesant le pour et le contre, au risque parfois justement de ne pas agir. Elle n'a finalement pas conscience que la vie est aussi un jeu.

 


 

<v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"> <o:lock v:ext="edit" aspectratio="t"> <v:imagedata o:title="logo" src="file:///C:\Users\Dubois\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image001.png">

Le Camping Naturellement

2A rue des Forges

855400 SAINT-VINCENT-SUR-GRAON

02 51 47 95 83 / 06.46.43.84.67

contact@ateepeek.fr

 

Les Mots qui effacent les Maux

LA PLUME BOISSIEROISE

Le Traversier 

85430 La BOISSIERE DES LANDES

02 51 07 66 13 / 06.04.47.59.95

laplumeboissieroise@laposte.net

www.laplumeboissieroise.com


16 août 2018©Copyright René DUBOIS
LA NAISSANCE DE TALMONZAURE
Vign_juillet_2014_003_Copie
Tout allait naître de cette empreinte, le moule d'une empreinte de tridactyle dinosaurien bipède, découverte à l'estran du Veillon…

Tout allait naître de l'imaginaire des enfants de l'Ecole Publique de Querry-Pigeon, un petit village de  Talmont à quelques pas de la plage du Veillon…

Tout allait naître de rencontres,  la rencontre de Julie, l'institutrice de ces enfants et de René, l'écrivain conteur, la rencontre de René  et de Françoise, la liseuse d'histoire à la bibliothèque de Longeville, la rencontre de Françoise et d'Ann, l'ancienne prof anglaise qui se met à aimer les contes français…

 

All was going to originate from this print, the mould of a footprint of a three-toed, two-legged dinosaur discovered on the foreshore at Veillon...

All was going to originate from the imagination of the children of the state primary school at Querry-Pigeon, a little village not far from the beach at Veillon...

All was going to originate from the meeting of Julie, the children's teacher, and René, the writer and storyteller, the meeting of René and Françoise, the story-reader at the Library in Longeville, the meeting of Françoise and Ann, the English former teacher who has come to love French stories...

 
Vign_HPIM4440_Copie
SLAM A JOJO

 

C’étaient les années vingt, les années d’après-guerre

Quartier des Trois Fontaines, baraquement des Brière…

Deux cent six, Saint-Thierry, le  héros des cent hères

Jetait son premier cri du ventre de sa mère…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

C’étaient les années trente, la fratrie prolifère,

Dix enfants à nourrir, quatre sœurs, cinq-six frères,

Bosser, trimer, gueuler le travail c’est galère,

Mais tout le monde s’y met, c’est normal pour son père…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

C’était l’année trente-neuf, l’année de la drôl’ de guerre

Où les gens biens s’côtoient  entre hauts dignitaires

Où les pauvres rémois n’ont plus que la "cure d’air "

Pour rêver d’avenir, de vacances populaires…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

C’était quarante-et-un, Toulon port militaire

Un patriote français, engagé volontaire

Embarque pour Oran pour mieux servir sa Terre

Et vaincre le démon aux rêves totalitaires…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

Trois années d’instruction, la santé ne va guère

Mais qu’à cela ne tienne, il faut être un cerbère,

Reconquérir l’Alsace, que la France se libère

Du joug des oppresseurs … On a assez souffert !

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

La Chapelle-Rougemont, vingt-cinq novembre, tonnerre

La nuit tombe à jamais dans les yeux qui s’éclairent

Bercés de quelques larmes comme premier suaire…

Perdre sa vie pour l’ombre, c’n’était pas son affaire…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

Dix-huit juin quarante-cinq, l’Homme au grand caractère

Le De Gaulle des mémoires, l’exilé libertaire

Engage la Nation au respect planétaire

De ceux qui ont péri pour que nous restions frères…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

Une crypte, quinze corps, le temps communautaire

Comme une page d’oubli laisse le temps se défaire…

"Mon général" revient,  il ne faut plus rien taire

Ce s’ra l’Mont Valérien,  à jamais millénaire…

 

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

C’ n’était rien qu’un parent, de mon oncle, le beau-frère

Un fusilier marin, né très pauvre mais si fier

De porter nos couleurs, un simple visionnaire

Oublié de ses proches, riches ou prolétaires…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

Comm’ c’est drôl’ aujourd’hui d’voir ton nom sur ta terre

Aux frontons d’deux Ecoles, deux Lycées populaires

Où l’espoir d’s’en sortir construit notre lumière…

Un juste retour des choses d’la pensée ouvrière…

 

Pauvreté ou misère…

Jojo ou Georges Brière ?

 

Lui, le pauvr’ mal loti, combattit la misère

Celle qui prive de penser, de vivre sans repère…

Jojo c’était l’ami, le confident, le frère

Je voudrais qu’aujourd’hui il soit Georges Brière…

 

René DUBOIS

26 juillet 2012

 
Vign_PAGE_7_IMAGE_1_Copie

MANON, Tit’Rose

à la rencontre de

GEORGES, le tailleur de pierre de Saint-Georges de Pointindoux

Auteur : René DUBOIS

Éditions

La Plume Boissiéroise

Au cœur du pays des Achards, dans un temps pas si lointain, à Saint Georges de Pointindoux …


 
Vign_PAGE_7_PTRESENTATION_GENERALE

Manon, Tit’Rose & Louis, Ti’Ch 

à la rencontre de Jourdain

LE POTIER DU GIVRE

Emaillé d’histoires, de contes et de légendes

Auteur : René DUBOIS

Éditions La Plume Boissiéroise

NOUS ALLONS OUVRIR LE LIVRE DE Tit’Rose et de Ti’Chou… 

AUJOURD’HUI ILS VOUS RACONTERONS LEUR RENCONTRE AVEC JOURDAIN,  LE POTIER DU GIVRE, CET ARTISTE QUI CREE EN UN TOUR DE MAIN, DANS L’ARGILE DE LA VALLEE  DE L’YON UN SERPENT QUI VOUS ENTRELACE LA MAIN… ILS VOUS CONTERONT POURQUOI ET COMMENT SE PROTEGER DES SERPENTS VENIMEUX… ILS VOUS EXPLIQUERONT COMMENT MODELER L’ARGILE… 

 
Vign_Sans_titre

UN NOUVEAU CONTE

MEGALITHON, MANON & CRINBLANC, LA MAGIE DU MODELAGE 

 

Il y a trois mille ans, dans le grand bois des Raisinières, près d’un Menhir qui vire, chancelle, au cœur du clair d’une clairière, une fille trognon, la petite MANON, un gnome étrange, fadet de pierre, MEGALITHON, et un cheval aux ailes d’ange, le beau CRINBLANC, tout blanc, tout blanc, se retrouvèrent  comme c’est mystère !

 

 

POEME DU JOUR

Les contraintes du corps et de la pensée

De mon corps et de mes pensées

Le corps d’Etat  manque de penser

En corollaire de société

De vous sans nous, de nous sans vous

De toi sans moi, de moi sans toit

Et patati, et patatras

C’est terminé, déterminé

Je range ma prose  et mes idées

Pour faire la une

C’est décidé…

Je garde mes vers et mes pensées

Pour qui les veut sans me défiler…

René Dubois 01 juin 2016

 
Vign_telechargement
                        
LES BOUCHONS DE L'AVENIR

 
 

Les bouchons de l'Avenir, forgeront notre Espoir
Ensemble, tous ensemble, devenons notre Histoire,
Semons nos souvenirs, s'unir, il faut y croire...
 
Bouchons, petits ou grands, remplissez nos pochons
Ouvrons nos sentiments aux oubliés des dons
Unissons nos présents, l'Av’nir à l'unisson,
Cueillons l'or de l'argent, bouchon après bouchon...
Hurlons notre engagement, le beau, le vrai, le bon
Offrons au fil du temps, nos raisons, nos passions,
Nourrissons nos talents de sage éducation
Sourions à l'instant des joies, des émotions...

Dis-moi l’envie d’aimer,  ensemble nous parfaire

Entre frères essaimer,  pour  espérer bien faire…

 

Les bouchons regemmés, sauront nous satisfaire…

Ab imo pectore, dare, non limited,

Vivez et vous serez l’universelle entr’aide

Espérer, perdurer sans qu’un seul jour ne cède…

Nos bouchons, un par un, forgeront l’Avenir

Inondant nos destins, de soleils à venir

Rayonnant tous les cœurs du plus grand des Bonheurs…

 

2 février 2017©Copyright René Dubois, GEM Challans, Graines des Vents

           

www.laplumeboissieroise.com

laplumeboissierroise@laposte.net

Traversier  85430 La BOISSIERE DES LANDES

02.51.07.66.13 / 06.04.47.59.95

 

 

L'ENIGME DU JOUR....

Mon manoir romain est normal .QUI SUIS-JE ? ET POURQUOI ?

LE PREMIER QUI TROUVE LA BONNE REPONSE SE VERRA ATTRIBUER UN LIVRE EDITE PAR LA PLUME BOISSIEROISE...

N.B. NOUS NE REPONDRONS PLUS QU'AUX PERSONNES QUI UTILISENT LE FORMULAIRE...

ET POUR REPONDRE SUR LE FORMULAIRE ALLEZ SUR LA PAGE ENIGME (PAGES DE GAUCHE...)

LA DERNIERE DES ENIGMES D'HIER 

Je salue la tristesse quand je réagi sans façon...  Bravo Bertrand! Je suis Françoise Sagan (anagramme de réagi sans façon) et bien sûr j'ai écrit Bonjour tristesse !

.

NON A L'INTOLERANCE
Vign_220PX_1
Il y a toujours 5 ans j'écrivais cette petite pièce de théâtre. Les enfants qui l'ont jouée, et que je rencontre aujourd'hui, s'en souviennent toujours. En ces moments difficiles où les valeurs républicaines sont mises en cause, je voudrais par ce courriel vous témoigner que le meilleur rempart au communautarisme, à l'intolérance c'est l'éducation, l'éducation pour tous. Le respect de soi-même commence par le respect des autres quelles que soient ses différences...  Nos différences ne sont-elles pas du domaine de notre for intérieur ?
Très cordialement
René Dubois
 
PS Je suis prêt à faire rejouer cette pièce si on me le demande

 
RIEN, NEANT, SILENCE, BLANC …

 

Rien, néant

Silence, blanc ?

Bien séant

Sans sens, clan ?

Rien béant

Aisance, gland ?

Chien géant

Démence plan ?

Lien péan

Romance flan…

 

18 juin 2020©Copyright René DUBOIS

 

 
Vign_1
 
HOMMAGE, FEMMAGE, DOMMAGE …

 

Hommage aux mages des maux

Dommage image des mots

Une femme libre m’écrit

Deux M, c’est trop de cris

Pour un homme aigri…

Deux M, c’est trop d’oubli

Pour une femme établie…

Dommage, femmage !

La femme vaut bien l’homme

L’homme n’est que pensum

En somme !

Hommage, femmage

Et si la femme primait

Si  l’homme déprimait

Ramage en dégommage

Femmage sans plumage…

La Fontaine sourcerait

La Joconde bourserait…

 

17 juin 2020©Copyright René DUBOIS

 

ECHANGES DU JOUR...

6 MAI 2020 

Bonjour, aujourd’hui nous sommes le 6 mai, le jour de la sainte Prudence.Le 127ème jour de l’année, le 17ème jour du mois de floréal, le jour de la pimprenelle ?

 

Comme m’aurait dit Wadek : «  La sainte Prudence ? Moi qui croyais que c’était aussi la fête des Avoie, Avoye, Évode, Lundulphe, Pétronax, Prudentia, Prudy, Rudy, Vosy ! Que des prénoms que tu ne connais pas ! Comme la Prudence, la Constance, la Romance, la Garance dont les trois quarts du monde ne connaît pas le sens ! Et alors c’est le jour de quoi chez les républicains ?

–Je te l’ai déjà dit… Le jour de la pimprenelle…

- La Pimprenelle, la sœur à Nicolas ? La copine à Nounours… Bôooneu nuit les petits ! T’en n’a pas d’autres ?

 -Bonne nuit les petits ? Une série télévisée française en noir et blanc, créée par Claude Laydu et diffusée à partir du 10 décembre 1962 sur RTF Télévision puis sur la première chaîne de l'ORTF, en début de soirée vers 19 h 20

– C’était déjà pu d’mon âge… Peut-être du tien ?

– Non ! J’étais déjà trop grand ! 568 épisodes de cinq minutes et cinq émissions spéciales ont été réalisés entre 1962 et 1973 ! Ça t’en bouche un coin, hein ?

– C’était quand même bien philosophique et puis on n’avait pas le choix ? Il n’y avait qu’une chaîne ! Tu veux que je te raconte ?

– Oui ! Mais tu connais toute l’histoire ?

- Un ours, un gros ours, puis Nounours rend visite à deux enfants chaque soir avant leur coucher ? Il s'enquiert de leur journée, de leurs soucis et leur raconte une histoire ? Avant de regagner son nuage, il leur dit « Bonne nuit les petits, faites de beaux rêves ! » Alors une poignée de sable doré tombe en pluie sur les enfants endormis. L'ours repart sur un petit nuage au son d'une mélodie jouée au pipeau par le Marchand de sable ! C’est ti pas beau ?

– Tu m’en mets la larme à l’œil !

- Et tu ne sais pas tout ! La première saison Gros Ours, conduit sur un nuage par Ulysse le marchand de sable, rend visite à P'tit Louis et Mirabelle dans leur pavillon, et parle un peu avec eux avant de remonter sur son nuage d'où le Marchand de sable lance la poussière dorée qui leur procure le sommeil !

– C’était pas encore Nicolas et Pimprenelle 

– La deuxième saison de nouveaux enfants, habitant cette fois-ci en appartement et nommés Nicolas et Pimprenelle, remplacent P'tit Louis et Mirabelle. Gros Ours est rebaptisé Nounours. Les marionnettes sont affinées ! Le visage du Marchand de sable, initialement émacié, est entre autres complètement retravaillé et devient plus rond !

– Là je m’en souviens et après ?

- À partir de septembre 1964, Nounours est doté de trois neveux, que l'on découvre épisodiquement : Rémi, Toto et Fanfan, par référence aux trois lettres du sigle de la RTF. Lorsque le sigle devient ORTF, un autre neveu apparaît le 25 décembre 1964 !

– Oscar ?

– Exact ! D'autres personnages rejoignent également la troupe : Cornichon, le petit gitan, Julietta la chouette, Dada le cheval et Pépita ! Et la Pimprenelle dans tout ça ?

 – Rien à voir avec Nicolas ni Nounours ? La pimprenelle, appelée aussi petite pimprenelle ou sanguisorbe est une plante herbacée vivace de la famille des rosacées. Le nom vernaculaire de Pimprenelle vient du latin pipinella, « boucage », en raison de l'odeur de bouc de certaines espèces. Le nom de genre Poterium désignait en latin et en grec une astragale épineuse. L'épithète spécifique sanguisorba vient du latin sanguis « sang », et sorbere « humer, absorber », faisant référence aux propriétés hémostatiques de la plante, liées aux tanins contenus dans la racine de celle-ci.

– Et une fois que tu as dit tout ça, je n’ai rien compris ! La science n’est pas une vérité exacte !

– Bon alors ? Tu veux peut-être que je te parle du 6 mai 68 ?

– Et tu vas me ressortir, les Cohn-Bendit, les Sauvageot… Que des gauchos-bobos qui nous drivent aujourd’hui des leçons de morale !

- C'est l'état de siège à la Sorbonne. Une manifestation monstre initiée par les étudiants de l'Unef part de la place Denfert-Rochereau. Arrivés place de l'Étoile, des étudiants chantent l'Internationale sur le tombeau du soldat inconnu. Ils remplacent le drapeau français par le drapeau rouge de la révolution et le drapeau noir des anarchistes.

– N’importe quoi ! Mais les CRS sont les plus fort, et 400 personnes sont arrêtées.

- La journée avait commencé avec la convocation de Dany le Rouge et de sept de ses camarades de Nanterre devant le conseil de discipline de l'université de Paris ! À 9 heures, entourés d'une ribambelle de journalistes et de plusieurs centaines d'étudiants, les huit « enragés » se présentent à la porte du rectorat, rue Saint-Jacques. Le bâtiment de la Sorbonne est ceinturé par des centaines de gardes mobiles, qui font bientôt face à des milliers d'étudiants réclamant la libération de leurs camarades !

- Et alors ?

– Moi j’étais en grève et je négociais avec les autorités locales les conditions de reprise des cours…

- Comme au temps de Covidon !

– C’était mon premier poste… j’étais le cantonnier, là où se passait le CEP…

- Le Certificat d’Etudes Primaires… C’était le bon temps… Au fait je l’ai eu ! »

 

Un message de Cath : « J'espère que tu as envoyé d'affectueuses  pensées de ma part à Delphine et à sa famille. Finalement le confinement te va bien, tu es sûrement une des rares personnes à ne pas risquer de tomber sur la maréchaussée en effectuant ta promenade quotidienne. »

Mais non ! J’ai mes papiers et mon autorisation !

J espére que tu vas bien.

Peux-tu me donner le nom et l adresse de Mika et des Gaudin ?

Par avance merci

Sandrine 

 

Messages envoyés… Messages reçus- Réponses parvenues !

 

Et puis Marcelle qui «  me remercie pour l’article passé au sujet de ses amis du Sénégal… »

Pas de frontière pour le Covid, pas de frontière pour la Fraternité de l’AHPI

Tous les ans, en février mars, des membres de l’Association Humanitaire de Proximité et Internationale se rendent en mission au Nord Sénégal.  Six semaines d’Humanité, de Fraternité !

 Et bien plus cette année marquée par la pandémie du Covid 19 !  Pourquoi ? Comment ?  Marcelle Arrivé, présidente : « à peine débarqués de l’avion, nous avons eu à combattre les effets du Covid. Nos amis sénégalais, Maodo, Abdoul, Harona, Awa,…, s’inquiètent pour nous et nous nous inquiétons pour eux ! Que faire ? Nous encourager les uns et les autres à poursuivre notre combat quotidien contre la misère ! Accompagner les plus démunis, les plus isolés. Ici, nous engager à maintenir un lien avec les aînés et les familles en difficulté. Eux, à l’image d’Abou, 23 ans un jeune de l’association Agir Ensemble du quartier de N’Dioum Walo, se mobiliser, lutter en apportant leur contribution dans les actions de Fraternité. » Et c’est au quotidien que les liens se tissent et s’étoffent pour le plus grand bonheur de tous. « Ici, tout semble facile, si l’on respecte les consignes. Là-bas les bénévoles peuls-toucouleurs s’investissent au quintuple ! Comme en témoigne Abou : « On a installé des bidons remplis d’eau de javel, comme aux entrée du pont du Marigot du Doué. Quand les gens reviennent du marché et les passagers on les force à aller au niveau des bidons remplis pour se laver les mains… Et tout  le monde y passe ! Et on passe dans le quartier pour distribuer les produits.  Même s’il y a un peu de carence, on fait avec le peu de choses qu’on a.  On a distribué des bidons à chaque entrée de maisons. On n’a pas tous les moyens d’avoir des  masques. Alors, on a acheté des tissus et amené à un tailleur pour en faire plusieurs et les distribuer dans tout le quartier ! »

 

Alors le poète se retrouve à Jard-sur-Mer

DE JARD A KOUKOULDI

C'est mieux pour lui quand l'arm’ attend
C'est mieux pour lui que l'harmattan,
Pitié lui voir toutes ses larmes,
Pitié savoir lui offrir l'arme,
Lui donner l'arm’ pour se combattre
Plus contr’ l’ vent,  si con se battre,

Leur Saint-Vincent c’est notre grand Jard,

Notr’ Grand Jardin de pantouflard,

Notr’ Saint-Vincent c’est tout’s leurs jarres

Où l’on entass’ tous nos dollars …

Ton chant raisonne la misère,

L’étoile d’or, le roug’, le vert,

La Haute Volta, notr’ outremer,

Ce soir la Côt’  danse nos frères,

Azur’ nos cœurs, nous rassérène,

Tes trois Voltas sont souveraines,

Notre rein’ à nous c’est l’Voltarène…

Tu parl’s, tu cries que l’Homme est sage,

C’est trop souvent que ton message,

On le reçoit d’un homme singe !

A Koukouldi, tu vis ta vie,

Faite d’amour, tu nous envies,

Ici tes rêv’s sont dérisoires,

On s’fout pas mal d’ton désespoir…

Tu cries tu chantes la Liberté,

Che Guevarra, votre fierté,

Tes Homm’s à toi sont Homm’s intègres,

Tes hommes pour moi, sont des pauvr’s nègres !

Alors c’est vrai qu’faut mettr’les voiles

Mais pas pour fuir, à rebrousse’-poil,

Mais s’envoler vers une Etoile,

Où TOI et MOI feront l’Histoire

Ce soir j’ai bien noté dans ma mémoire,

Que pour six blanch’s, y’avait une noire…

 

Et puis Cath une deuxième fois ? Vous savez bien qu’on espère bien plus souvent une deuxième qu’une seconde ? Pourquoi ? Tout simplement parce qu’après la seconde il n’y a jamais de troisième ! « Des fraises à la crème mmmm!!! Quel régal ! Ici il y a juste de la salade en masse mais qui pousse toute seule ! » A peine dégustées les fraises et els saldes de mon jardin, que le troisième est arrivé ! «  Merci de ton intérêt  pour Judith. Plein de gros bisous à Christiane et une longue vie. »

 

Et puis ma balade quotidienne… une énigme résolue ? « Depuis un mois il était disparu. Aujourd'hui il est revenu avec 5 copains du refuge où il était confiné ? Merci Hugo… Tu sais nous parler ! » Au fait Hugo est un cheval de 24 printemps !

 

Et puis Michel qui s’indigne ! « René ! Même si la Saint Florian a été rattachée aux pompiers vers 205 (et que les pompiers américains reconnaissent Florian comme leur patron) pour moi les pompiers de Paris représentent une branche de la partie génie de l'armée de terre et le corps de la brigade à été créé en 1793. Nous sommes et nous avons un statut militaire et pour un militaire la discipline est la force principale des armées… Seuls les marins pompiers de Marseille ont un statut comparable ? Pas de syndicat, pas de contestations et on obéit à un chef ! Ce qui a depuis très longtemps disparu dans le monde actuel. Mais je suis prêt à en discuter, n'étant plus astreint au devoir de réserve ! » 

 

Et moi, le réformé définitif N°2 qui n’a jamais fait la guerre ! Encore moins l’armée ! Même pas les 3 jours ni le Conseil de révision ! Et pourtant, j’ai donné de mon temps pour les autres ! Un peu trop pour mes enfants, pour celles qui ont partagé ma vie !

 

Mâle armée, mal armé, je suis trop souvent Mallarmé…

 

 Poésie : un aboli bibelot d'inanité sonore Hésitation prolongée entre le son et le sens.

 

Toute âme est une mélodie qu'il s'agit de renouer.

 

Le monde est fait pour aboutir à un beau livre.

 

Un poème est un mystère dont le lecteur doit chercher la clef.

 

Ce n'est pas avec des idées qu'on fait des vers, c'est avec des mots.

 

Un grand écrivain se remarque au nombre de pages qu'il ne publie pas.

 
6_MAI_2020.docx (22,58 Ko)
5_MAI_2020.docx (23,54 Ko)
4_MAI_2020.docx (34,11 Ko)
3_MAI_2020.docx (20,38 Ko)
2_MAI_2020.docx (11,21 Ko)
 
Vign_gb-et-paul-fort
A VOIR ET REVOIR UN LIVRE A LA MAIN
livres.mp4 (5,8 Mo)
AU JOUR LE JOUR COVIDON
Vign_20200328_142220
 
CABARET RUSSE SAINT VINCENT 2 NOV 2019
00001.mts (43,37 Mo)
00002.mts (71,46 Mo)
MANUE, BEN ET JEAN-MI
00012.mts (86,27 Mo)
 
Vign_JPY_MYSTERE_MACABRE
LES COLLEGIENS DE CORENTIN RIOU ONT DU TALENT
Vign_DSC00120
LES COEURS DE SIMONNE ENSOLEILLENT LA FÊTE DE L'ETE
Vign_DSC00022
 

PROGRAMME SEMAINE 

CONFINE

Demandez moi l'acrostiche en alexandrins de votre prénom

 

Et avec quelques amis nous écrivons la naissance de Covidon !!!

 

INOUBLIABLE VIE D'ODETTE ROUX PAR LES CM2
Vign_1
FREDO JAZZ 2019 : UN SPECTACLE D'EMOTIONS
Vign_DSC00119
1er DECEMBRE 2019
Vign_P1010478

Les graonnais font leur show 

Jean-Mi, Ben et Manue

FABRICE LUCHINI ET MOI
Vign_DSC00145
2 NOVEMBRE 2019
Vign_P1000970
MAXIMUS

vign1_DRESSEUR

vign1_ECUYER

vign1_EQUILIBRISTE

vign1_FUNAMBULE

vign1_ROLLER_BALLER
OLIVIER SAUTON FABRICE LUCHINI
00002.mts (71,16 Mo)
MAXIMUS

vign1_0

vign1_CLOWN

vign1_DIABOLISTE

vign1_JONGLEUR

vign1_SOEUR_CHANTEUSE
LES RESIDENTS DE L'EHPAD CHANTENT L'ETE
00006.mts (37,41 Mo)
C'était le temps des fleurs...
LES POLY'SONS 25 MAI 2019
Vign_DSC00058
LA CHORALE COLLEGE CORENTIN RIOU
00002.mts (8,62 Mo)
 
Vign_1
SOLEA
00003.mts (18 Mo)
SOLEA EN CONCERT POUR LES QUATR'E
 
Vign_DSC00936
LA VOIX DE CHLOE
00000.mts (94,41 Mo)
RENCONTRE D'HISTOIRE
irencontre entre Paul Gerbi le premier soldat de la 2ème DB à être entré dans le bunker d'Hitler et Erika Martin une femme allemande née à Berlin ayant passé la guerre en camp de travail
22 AOÛT

vign1_MUNDINE

vign1_JACKY

vign1_djangoreinhardt-denistruchi

vign1_POTZI
 
ROBI 
Rêve de tant d’espoirs fleuris au fil du temps
Objet de tant d’Amour, la fleur de la passion
Bouquet de ces envies renaissant nos printemps,
Invite notre Avenir, souviens-toi de l’Antan…
Etymologie : Brillant, gloire (germanique).
Fête : 30 avril

23 août 2018©Copyright René DUBOIS
23 AVRIL
Vign_1_2_
Christian Martineau enchante le cabaret des Quatr’E en chantant Ferré

Jeudi soir, 100 personnes comblées au comble cabaret intimiste des Quatr’E. Aux mélodiques de sa guitare ou du piano de sa fille Clémence,  Christian Martineau a fait revivre Léo Ferré et ses cris de poésies. Une première que les Quatr’E se sont engagés à reproduire…

POEME DU JOUR
Je suis mourant 

Je suis mouru
Je suis mort

Mourant d'oubli 
Mouru d'envie 
Mort du déni 
11 mars 2018

 
Vign_OUEST_FRANCE_4_MARS_2018
NOUVELLES NOUVELLES
 
LIBERTE OU MISERE ? JOJO OU GEORGES BRIERE ?
 

Ce conte vous a plu ? Dites-nous votre sentiment... 

Vous en voulez d'autres ? Contactez-nous : laplumeboissieroise@laposte.net ou 06.04.47.59.95

Vous voulez animer votre classe, votre centre de loisirs... René Dubois, Le Traversier 85430 La Boissière des landes 02.51.07.66.13 duboisrene4050@neuf.fr

 

vign1_PAGE_11_PRESENTATION_GEORGES_IMAGE_Copie

vign1_PAGE_15_LA_RENCONTRE_PHOTO

vign1_PAGE_13_PRESENTATION_MABELLE_IMAGE

vign1_PAGE_17_LA_LEGENDE_DU_DRAGON
 

POEME RETROUVE DU JOUR   

FOUTAISE


Niaise envolée de mots

Sans but, sans aise,

Rien que du tu m’as vu

Qui pisse sur un lit sans alèze

Je baise, je baise

Sous les yeux de Saint-Nicaise

Fadaise, fadaise

Arabesque de Fez

Modelée dans la gaize

Ou l’argile de Mèze

Du pèze du pèze

La thèse d’un monde sans croix

Pourquoi ? Pourquoi ?

 René Dubois

 Non daté

 

vign1_Sans_titre

vign1_PAGE_13_IMAGE_5_MANON_PLEURE_HORIZONTAL
 
Donn’  ton min’rai d’aluminium

J’ mettrai chez toi mes consortiums…

Donn’   ton pétrol’, ton uranium

Je te jouerai de l’harmonium…

Donn’-moi ton bois, ton riz, ton bol

Je t’enverrai un’ p’tit’ obol’…

J’ ferm’rai les yeux si tu déconn’s

Mes jeun’s de riches  snif’nt ton opium…

Donn’-moi des femm’s, tes petits homm’s

J’ai des ministr’s gais du scrotum…

Donn’-moi tes plant’s pénicillium

J’te fil’rai le SIDA mais pas de condom…

Je n’ suis pas grand mais j’ai de la gueul’

Fais ce que j’ veux, n’ sois pas bégueul’… ?

Qu’ tu aies plein de yens, qu’ tu sois d’Afriqu’

J’ veux être l’hyèn’ qui bouff’ ton fric…

Si tu n’as plus de quoi manger

Travaill’ donc plus sal’ naufragé…

René DUBOIS

2 avril 2011

POESIES RETROUVEES
FOUTAIZE.docx (10,49 Ko)
TA_VOIX.docx (10,79 Ko)
2016

Dis-moi si ton cœur bat au plus profond des autres

Ecris-moi ton combat pour rejoindre les nôtres

Unir tous nos ébats, quand le mien devient vôtre

Xénophiles sans bât, nous en sommes les apôtres…

 

Mêlons nos différences pour n’en plus faire qu’une

Ignorons l’ignorance, nos rancœurs, nos rancunes

La vie n’est qu’apparence, chacun vaut sa chacune !

 

Si tous les gars du monde voulaient être copains 

Et semer pour chaque Homme, le bon grain du bon pain !

Il nous faut donc chanter les gueux de Jean Richepin,

Zola, son Germinal, la misère que l’on peint

Et croire que notre Monde saura vaincre sa fin…

 

2016, Année Internationale de la

Compréhension Mondiale

 

01 janvier 2016 ©Copyright René DUBOIS

 

CREEZ VOTRE POESIE

Vous voulez créez votre poésie, vous souhaitez que votre enfant écrive une poésie, renseignez-vous, nous pouvons vous aider
LA PLUME BOISSIEROISE
René DUBOIS
Le Traversier
85430 LA BOISSIERE DES LANDES
02 51 07 66 13

06 04 47 59 95

laplumeboissieroise@laposte.net

 

LE TRAVERSIER
DECADE POETIQUE
 
ECOLE D'AVANT

L'Ecole d'Autrefois...

Souvenirs, histoires de jeunesse... Micheline, Suzanne se sont souvenues...

Venez voir l'exposition à l'EHPAD SAINTE MARIE DE TALMONT...

Jusqu'à la Fin novembre....

Vign_DSCN4465
© 2010
Créer un site avec WebSelf