Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
 
Longue vie à  "Utopie".

 

 

Atelier  d’écriture  à partir de 4 photos réunies :  une jeune fille de dos,  un rais de lumière sur un feuillage,    ce qui pourrait être un rideau éclairée ou une robe  de mariée, une  main  d’homme ouverte  ( expo –photo à la Roche sur Yon au musée,  rue Jean-Jaurès,   Being Beaitous  avec  Anne-Lise Broyer, Nicolas Comment,  Amaury da Cunha,  Marie Maurel de Maillé,  jusqu’à la mi-février, du mardi au samedi les après-midis)

Elle était là debout,  le dos tourné à je ne sais quelle  histoire.  Sa  nuque ruisselait d’une chevelure dense et  d’un noir d’ébène, sur une encolure enrobée de lumière.  Son regard  plongeait  vers un indéchiffrable avenir.  Rêvait-elle de cette robe de mariée aperçue dans une vitrine de la Roche sur Yon ?  Elle n’avait pas de fiancé.  On peut vivre longtemps dans un rêve.  Y penser très fort peut faire advenir l’autre,  l’ami,  l’amant,  l’être aimé  avec qui partager  sa vie   C’est comme s’il était là.  Une vision  continuait de l’habiter.  Ce  jour-là  elle se promenait dans la forêt  de pins  au-dessus du lac de Tanchet  aux Sables d’Olonne.  Un  homme jeune et beau,  tout endimanché, passait par là.  Il s’arrêta à sa hauteur.  Son regard croisa le sien.  Il  y eut une fulgurance.   Il  ouvrît  la main.  Dans sa paume une étoile.  « Si je me marie un jour,  se dit-elle,  ce sera avec lui »  Mais  se retrouveront-ils ?  

 

Claude, le  22 janvier 2016

 

vign1_0

vign1_1

vign1_3

vign1_4

vign1_2
© 2010
Créer un site avec WebSelf