Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
LE PIVERT ET LE MERLE BLANC
                  LE PIVERT & LE MERLE BLANC

C’était début janvier en Pays Talmondais

Un merle des plus blancs rimait, sifflait, flûtait

Jour et nuit, sans arrêt comme un petit fadet…

Au fond de la forêt, un pivert pleupleutait

Et de son bec d’acier, tapait, creusait, sculptait

Le tronc du plus vieux tremble, de sa grande futaie…

Jusque-là, rien à dire au babilleur des baies

Le picasseur piquait, la gente plume rêvait

Aux soirs où dans leur bar ils chantaient l’alphabet…

Les mots de l’oiseau blanc étaient-ils si mauvais

Pour qu’on l’invite ainsi dans toutes les ormaies ?

« Mon ami, dit le Pic au neigeux oiselet,

Tu chantes trop aujourd’hui, tu devras désormais

Te taire ou te soumettre à tout ce qui me plaît !

– Mais ! Je ne comprends les mots de ce couplet

Je voulais simplement aller où tu allais

Porter ce chant d’amour, en ballades, en sonnets…

Je croyais être moi, je te croyais respect,

Et je vois que pour toi je suis un sansonnet !»

Le merle colombelle prit son vol vers la Paix

Le pivert conquérant l’a perdu à jamais…

MORALITE

Si tu donnes et redonnes à tous ce que tu es,

Ne cherche pas qui t’aime, tu sauras qui te hait…

 


René DUBOIS 29 janvier 2012

© 2010
Créer un site avec WebSelf