Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
 
                  L'homme et le chat

 

Il était une fois

Dans une petite ville

Un homme ordinaire

Marié à une femme ordinaire !

L'homme travaillait

Un travail sans prestige ;

Sa femme faisait de même !

Le couple avait un chat

Qui avait une vie de chat !

L'homme regardait le chat

Le chat regardait l'homme

L'homme pensait

« Si j'étais un chat 

Je vivrai d'aventures

Je rentrerai pour les repas

La sieste et les câlins ! »

Le chat pensait

« Si j'étais un homme

J'aimerai partir le matin

Vivre autre chose

Mon domaine est bien petit

Ailleurs est la vie ! »

Une fée malicieuse passa

Et changea l'homme en chat

Et le chat en homme !

Que pensez-vous qu'il advint ?

Il était une fois dans une petite ville

Un homme et un chat....

 

18 juillet 2015©Copyright Jean-Claude Popinot

 
Le soleil et la lune

 

 Le soleil a rendez-vous avec la lune"

Chantait Charles Trenet

Mais le soleil fut maladroit

Et la lune mal lunée

Ce devait être une cour d'amour

Ce fut un cour...roux de lune

"Que tu es sot, soleil!" dit-elle

Vexé il quitta la lune

Pour se cacher dans les nuages ! 

Comprenez-vous  maintenant pourquoi

Cet été,

Le soleil n'était pas au rendez-vous

Au grand dam des vacanciers….

Ecrit, il ya quelques années…

 
Ma souris se rit…

 

Une souris n’avait pas un sou !

Si ?

Comment faire pour manger tout son riz ?

Souci !

Pas de seau,

Pas de sou,

Pas de riz …

Tant pis !

 

Une souris  sans ou c’est bien du souci pour quelqu’un qui n’a plus de dent pour manger son riz !

 

Mardi 26 janvier 2016

LA VIE DE JEAN-CLAUDE
Vign_IMG_0678_Copie
L'homme et le chat

 

Il était une fois

Dans une petite ville

Un homme ordinaire

Marié à une femme ordinaire

L'homme travaillait

Un travail sans prestige

Sa femme faisait de même

Le couple avait un chat

Qui avait une vie de chat

L'homme regardait le chat

Le chat regardait l'homme

L'homme pensait

« Si j'étais un chat 

Je vivrai d'aventures

Je rentrerai pour les repas

La sieste et les calins »

Le chat pensait

« Si j'étais un homme

J'aimerai partir le matin

Vivre autre chose

Mon domaine est bien petit

Ailleurs est la vie »

Une fée malicieuse passa

Et changea l'homme en chat

Et le chat en homme

Que pensez-vous qu'il advint...

Il était une fois dans une petite ville

Un homme et un chat.... (Lisette et Jean-Claude)

 
LE LIVRE DE JEAN-CLAUDE...
LES NOUVELLES DE J-C !
 
BAFRAIS

Le panier est presque plein. Il faut dire que Bafrais connaît bien la forêt « sa forêt ». Il sait où se trouvent les champignons et surtout les bons. Aujourd'hui, il y a du brouillard épais, mais çà ne gêne pas ce gaillard robuste. Encore un petit quart d'heure et il pourra rentrer chez lui, où il donnera les fruits de sa recherche à sa femme. Un plat de plus pour midi. Déjà la salive lui vient à la bouche  car son épouse est bonne cuisinière.

Soudain, un cri horrible retentit dans la forêt : c'est  la bête ¨Pharamine, monstrueuse de couleur blanche. Elle est si effrayante que le plus  vieux chêne de la forêt  essaie de sortir maladroitement ses racines du sol pour s'enfuir. Ce mouvement fait déborder les deux étangs : un tsunami qui menace de noyer Bafrais. Celui-ci s'enfuit, la peur au ventre, abandonnant son panier.

Même les oiseaux qui nichent sur ce chêne s'enfuient bruyamment du lieu.

Mais la bête doit faire demi-tour.  Arrivé à l'unique porte du bâtiment,  Bafrais essoufflé et tremblant de tout son corps, s'arrête. Que doit-il faire maintenant ? Raconter à sa femme ce qu'il a vu ? Elle ne le croirait pas ! Elle penserait qu'il a trop bu, ou que son imagination a dépassé ce qu'elle pourrait entendre de lui !

 

Même chose pour ses voisins. Il reprend son souffle et ouvre la porte. Sa femme est là à l'attendre. Elle ne remarque pas le changement opéré par son mari, suite à cette aventure. Elle ne fait pas attention : il est revenu sans son panier !

Plusieurs jours passent. Bafrais hésite de revenir dans la forêt. La peur est toujours là. Mais la curiosité l'emporte. Il prend un bâton et revient sur les lieux de chasse aux champignons. Il trouve le chêne bien enfoncé dans le sol, le tronc majestueux sorti de terre. L'arbre est, comme il le connaissait avant, calme et détendu. Plus loin, il retrouve son panier, mais les champignons y pourrissent ! Il vide le panier puis... surprise : à la place où il avait vu la bête Pharamine,  une pierre blanche se dresse ? Il poursuit son chemin en direction des deux étangs. L'eau stagne comme d'habitude.

Il recommence plusieurs fois de marcher sur ces lieux… Non, il n'avait pas rêvé ! Le chêne était bien là, tout comme les étangs et la pierre blanche…

Il décide de ne parler à personne de son histoire. On l'aurait pris pour un fou !

 

 

 

L'histoire dont je viens de vous parler se passe dans l'actuel forêt de Grasla : l'arbre  c’est le chêne chevreuz . Il existe bien deux étangs dans cette forêt. Quant à la pierre, elle est toujours visible : c'est la « pierre blanche », un ancien menhir, le lieu de rendez-vous des fées et des sorciers 

 

Samedi 30 janvier 2016…

 

vign1_1687513_Copie

vign1_1815234

vign1_IMG_0678

vign1_363_001
 
Marie-Madeleine

Marie-Madeleine

Apporte ton seau

L'eau de la fontaine

Coulera bientôt…

Bientôt la fontaine

Epuisera ton eau

Toute l'eau de ta peine

Où coulent tes sanglots…

J'ai vu dans la fontaine

Ton visage si beau

Et j'ai calmé ta peine

En buvant  de ton  eau…

 

C'était  comme une reine

C'était  notre berceau

Là, où est la fontaine

Où j'ai bu tout ton seau…

 

Oh! Marie-Madeleine

Laisse tarir ton seau

Quitte cette belle fontaine

Et rejoins-moi bientôt…


 

Juillet 2013

© 2010
Créer un site avec WebSelf