Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
 
Vign_JPY_25_FEV_2016_Copie
 

vign3_IMG_9307

vign3_IMG_9308

vign3_IMG_9309

vign3_img017

vign3_DSC_0557

vign3_IMAGE_6
VOS COMMENTAIRES...

Le Pays Yonnais s'appelle RENE DUBOIS ! Bien l'article sur l'ancien combattant !  L'article sur toi est très bien fait; Bonne route à la plume boissiéroise  Jean-Claude le 25 février

T'es fier, hein Artaban ? Cath., le 25 février 2016

 

MANON et TANGUY,

LES FAISEUX DE LIBELLON

C’était vers la fin mai, dans le creux du Val d’Yon,

Le soleil du printemps perçait de mille rayons,

Le feuillage ombragé des vergnes, des ormeaux

Qui épanchaient leurs branches dans la clarté des eaux…

Manon, la jeune fille, dans le cœur d’un rocher

Rêvait de son ami, terré dans un fauteuil

Quand elle voit, dans le pré, courir un écureuil…

Qu’a-t-il vu ? Entendu ? Pour fuir et se cacher ?

« Mais… C’est beau ! C’est Tanguy ! Il arrive, il sourit !

Viens jouer avec moi, pour vivre la Nature ! »

La barque porte Tanguy vers une belle aventure…

Les deux amis s’embrassent : « Entre dans mon abri ! 

C’est alors que de l’Yon s’envole une beauté

Légère comme une grâce, comme un signe de bonté,

S’élevant vers les cieux, étincelant les yeux

De rêves bercés d’Espoir d’un monde merveilleux !

Manon cueille quelques joncs, et de longs brins d’osier…

Ses mains tressent le corps d’une dame Demoiselle…

Quelques feuilles de fougères, elle fait naître ses ailes…

Libellon voit le jour au pied d’un alisier…

Des chaînes de leurs vies, ils ont fait des ailons

L’eau de l’Yon resplendit, tout d’azur le ciel luit…

Tanguy prend son envol, Manon tout contre lui…

Ils vont s’aimer d’Amour, libres comme Libellon…

 

                      MORALITE

 Peu importe qui tu es, je serai ton ami…

© 2010
Créer un site avec WebSelf