Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
 
MONIQUE

Monique, la solitaire, l'allant perpétuel

Offrant au cœur des autres sa joie habituelle,

N'oubliant ni le faible, ni le pauvre oublié…

Illusion du moment, enchantement visuel

Que sa lumière d’Aimer éclaire nos rituels!

Une vie de combat, vaincre le virtuel

Emporté par la nuit d'un vol de noctuelles…

Etymologie : Solitaire (Grec).

Fête : le 27 août

Monique est une femme simple et naturelle qui a les pieds sur terre. La plupart du temps, elle a du mal à s'arrêter lorsqu'elle commence quelque chose et y met de l'acharnement. Parfois cependant, les blocages ou les inhibitions seront tellement forts que la conduite inverse apparaîtra : laxisme ou fuite de l'effort par peur de l'échec. En effet, de nature réfléchie, solide, franche et honnête, elle tend malgré tout à douter d'elle-même et à se fermer dans une apparente froideur qui dissimule une hypersensibilité gênante. Ennemie de la superficialité, c'est une personne fiable, sur laquelle on peut compter et qui ne manque pas à sa parole. Sa moralité est stricte et ses principes sont exigeants. Elle peut d'ailleurs manquer de tolérance. Elle estime que ce qu'elle peut faire est aussi à la portée des autres. Elle sait prendre des risques réfléchis et, le cas échéant, saisir les opportunités avec dynamisme, esprit d'initiative, tout en déployant son importante capacité de travail. Douceur, artifice, tolérance et soumission ne sont pas son fort. C'est une enfant sans problèmes, sérieuse. Il est recommandé aux parents de ne pas renforcer davantage son sens du devoir par une éducation dure ou rigide. Il faudra au contraire stimuler sa sociabilité en lui apprenant à donner, ce qui permettra de lutter contre sa tendance possessive et captatrice. Apprenez-lui aussi le sens de l'humour !

 

04 septembre 2013  ©Copyright René DUBOIS

www.laplumeboissieroise.com

laplumeboissierroise@laposte.net

Traversier85430 LA BOISSIERE DES LANDES

02.51.07.66.13

 
Merci René pour cette analyse dans laquelle je me reconnais bien !!
Amitiés
Monique Coustier (Henrivaux)
Vign_5858558_1_
 
La Vanette

 

J’m’en souviens plus, j’avais deux ans,

Mon père m’promenait le long d’l’étang

Des sources de Muire, au creux des champs…

 

J’m’en souviens bien, j’avais cinq ans,

Je gadouillais dans le torrent

De la Vanette aux eaux dormant…

 

J’m’en souviens bien, j’avais dix ans,

J’allais couper le bois luisant

Pour le vannier, le saule pleurant…

 

J’m’en souviens trop, j’avais quinze ans,

Plus de baignade, de pêche d’enfant

L’eau  s’est vêtue de tuyaux blancs…

 

J’veux plus m’souvenir de mes vingt ans

Je peins d’av’nir le temps présent

Et voir la Muire couler tout l’ temps…

 

 

 

 

8 janvier 2010  ©Copyright René DUBOIS

© 2010
Créer un site avec WebSelf