Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
 
JE T’AIME

J        T       E

E       U       N

                   C

T       M      O

                  R

A       A       E

I        I       

M      M      E

E       E       N

         S

D                C

O      T       O

R       R       R

S        È       P

         S        S

  

         F

         O

         R

         T

23  avril 2021©Copyright René Dubois

 

JE N’ T’EN VEUX PAS

Je n’ t’en veux pas

Je n’savais pas

Que ce jour là

Était pour toi

Un autre jour…

C’était avant

Dans l’autre temps

Plus de trente ans

Temps émouvant

Pour moi toujours…

Je n’ t’en veux pas

Tu n’savais pas

Que ce jour là

Était pour moi

Un jour d’amour…

C’était avant

Jour éprouvant

An après ans

Toujours présent

Jour sans retour…

Je n’oublie pas

Tu n’oublies pas

N’oublions pas

Le temps d’avant

S’écrit devant

Pour notre amour…

9 mai 2021©Copyright René Dubois

 
Vign_R484665ce84eb7de165f7b69b57073a62
 
      SEULS SUR LA PLAGE

 

Avril s’était vêtu des chaleurs de l’été

Les sables du Rocher offraient à l’infini

Le silence impromptu du feu de Prométhée

Nous étions seuls, cachés au fond de notre nid

En pleine plénitude sur l’Olympe sacré

Bravant la solitude  de nos vies échancrées…

La mer roulait ses vagues, nous, notre vague à l’âme

Deux cœurs qui divaguent sur l’écume des lames…

L’Île de Ré se mirait dans l’horizon des eaux

Le ciel d’azur fleurait le doux chant des oiseaux

Nos mains se sont serrées, nos lèvres caressées

Et libres, libérés, nous nous sommes embrassés…

22  avril 2021©Copyright René Dubois

 

Silence

La nuit noire s’est tu de nos viles souffrances

Tu dors seule, dévêtue le corps nu en romance

La vie s’est abattue, nos deux cœurs en errance

Et j’arrive impromptu dans ton lit d’espérance…

Non, ce n’est pas un rêve qui cajole ton miroir

Ni le temps d’une trêve qui caresse nos espoirs

C’est l’amour qui s’élève au plus long des longs soirs

Je suis Sartre, tu es Ève, ma Simone de Beauvoir…

 

21  avril 2021©Copyright René Dubois

 

JE TE RETROUVE

Je te retrouve toi ma muse de trente ans

Moi, poète pantois blessé par tout ce temps

Ce temps d’oubli caché par tant de certitudes

Par les autres arraché de notre quiétude…

Tu retrouves l’amour et l’envie d’être aimée

Comme au plus beau des jours au zénith enflammé

Je t’aime, tu m’aimes, on s’aime, le temps n’existe plus…

 

20  avril 2021©Copyright René Dubois

 

LE ROI DE LA FORÊT

La balade du dimanche nous mène au fond du bois

Le silence se penche sur un faon aux abois…

Le chemin de l’amour dévoile ses mystères

Ses trésors de toujours Bois de la Gaudinière…

Sur la grotte sainte Anne le roi de la forêt

Fleurit de valériane, de gouet, de genêt

Se dresse comme un géant témoin de notre histoire

De l’histoire du temps, du temps de nos mémoires…

Quarante mètres de haut, six bras pour l’embrasser

Deux siècles d’idéaux sur son clair tronc gravés…

Des cœurs, des initiales, des je t’aime langoureux

Il était l’impérial rendez-vous d’amoureux…

Hier, il était nôtre, deux êtres aimés, aimant

Notre cœur notre apôtre notre hêtre firmament…

19  avril 2021©Copyright René Dubois

 

Rattrapons le temps

Nous marchions dans le temps

Vers le soleil levant

Doublant jour après jours

Nos recherches d’amour…

Puis un jour nos chemins

Se sont donné la main

Pour marcher d’un même pas

Fuir nos temps du trépas… 

Nous marchons désormais

Vers le soleil couchant

Vivant l’avril en mai

Pour remonter le temps, 

Le temps d’amour aimant

Le temps de nos printemps

Le temps du firmament

Rattrapons notre temps… 

 

17  avril 2021©Copyright René Dubois

 

Notre visage radieux

Notre nuit s’est écrite

Du plus beau sacrement

Fleurie d’une marguerite

Je t’aime passionnément…

Nous nous sommes endormis

D’un même cœur d’endémie

Caressant nos deux mains

D’éternels lendemains…

Puis le jour s’est levé

D’une seule âme élevée

Au ciel providentiel

De notre septième ciel…

La mer s’offrait à nous

Notre corps câlinou

Notre visage radieux

Ensoleillait nos yeux…

 16  avril 2021©Copyright René Dubois

 

Mes mains se sont posées

Mes mains se sont posées

Sur l’âme de ton corps

Mon esprit a osé

Caresser notre accord

Plus parfait qu’irréel

Sur notre septième ciel…

Je suis tien,

Tu es mienne

Je suis ton bohémien

Tu es ma bohémienne

En recherche d’amour

En quête de toujours…

Nos rêves se confondent

Notre nuit se féconde

Je suis tien,

Tu es mienne

Le temps nous appartient

Âmes et corps

Encore, encore

Quoiqu’il advienne

Je t’aime et toi tu m’aimes

De caresses en poèmes…

14  avril 2021©Copyright René Dubois

 

Fleurs sauvages, fleurs d’amour

 

Sur le petit chemin

Que le grand lac caresse

Nos deux cœurs, nos deux mains

Se sont pris de tendresse…

Nos pas se sont fleuris

Des senteurs du bocage

L’azur des muscaris

Brisait l’amour en cage…

Trèfle rose, genêt d’or

L’asphodèle héliodore

L’émeraude hellébore

Renoncule bouton d’or

L’impériale violette

Nous offraient la palette

D’un doux  parfum d’amour

En quête de toujours…

Toutes ces fleurs sauvages

Les grandes eaux du rivage

Eclairaient nos visages

Et nous n’avions plus d’âge…

13  avril 2021©Copyright René Dubois

 

LIBERTE

Sept mai à Reims

J’étais enfant

J’avais douze ans

Un Petit Prince

Á Jolicoeur

War room en fête

Ça m’trotte en tête

J’chantais en chœur

La reddition

De l’oppression

Chant du départ

Ma vie se pare

De Liberté

Fraternité 

 

Huit mai à Ville

En Tardenois

Vingt et deux ans

J’étais l’édile

De trente enfants

P’tits Champenois

Nous défilions

Et nous chantions

La Marseillaise

Qu’à tous nous plaise

De vivre l’espoir

De notre Histoire

Cette Liberté

Égalité… 

 

C’était hier

Comme l’enfer

Comme aujourd’hui

Le grand oubli

Plus de sept mai

Plus de huit mai

Des j’vous promets

Non mais, oui mais !

Plus d’ recueill’ment

Le monde se ment

Faut taire la guerre

Et la misère

La Liberté

L’Égalité

Fraternité

Laïcité…

 

8 mai 2021©Copyright René Dubois

 

Pas d’âge pour aimer

Pas d’âge pour aimer

Et nous, nous aimons

Pas d’âge pour aimer

L’Amour est notre mont

L’inaccessible rêve

L’éternité sans trêve

L’espérance qui se lève

Je suis ton Adam d’Ève…

Pas d’âge pour aimer

Pas d’saison pour semer

La plus belle des amours

Au jardin des toujours…

 

7 mai 2021©Copyright René Dubois

 

MES CHEVEUX SE GRISENT 

Mes cheveux se grisent

De filets d’argent

Tu me restes éprise

Malgré tous ces ans…

Les heures, les secondes

Peuvent s’en aller

Tes yeux me fécondent

Des lueurs bleutées

D’un ciel bleu d’azur

D’un bleu horizon

D’un Amour si pur

Qui fuit les saisons…
 
                    18 juillet 1990

 

LE DÎNER AUX CHANDELLES

Le jour fut des plus beaux

Sous le chant des oiseaux

L’Yon nous offrit ses eaux

Bouillonnantes en chaos…

La nuit s’annonçait claire

Sans orage, sans éclair

Dans ce monde délétère

De l’argent de la guerre… 

Pourquoi broyer du noir

Comment n’être qu’espoir

Éclairer notre soir

Le tain de nos miroirs…

Un dîner aux chandelles,

S’envoler de nos ailes

Nous voir toi damoiselle

Moi damoiseau  rebelle…

Deux bougies en soleil

Une table de vermeil

Qui pétille en bouteille

Un repas de merveille…

Nos deux cœurs sont en fête

Savourent notre assiette

Tu es femme parfaite

Moi ton homme prophète… 

Nos bouches se savourent

Nos lèvres troubadour

Font renaître d’Amour

Nos baisers de toujours…

 

18  avril 2021©Copyright René Dubois

 

J’ai ouvert la porte de ta chambre

La nuit dormait profonde

Notre journée féconde

Tu rêvais, je rêvais

Nos corps sous nos duvets

Toi, du tendre poète

Moi, de la femme en quête

D’un amour retrouvé

Par nos histoires gravé…

Je me suis éveillé

Le cœur ensoleillé

De tes mots en caresses

Chantés de folle ivresse…

Et je m’en suis allé

Sur le seuil de ta chambre

Tout le cœur étoilé

Du symbole de l’ambre…

Et j’ai ouvert la porte

De l’amour éternel

Celui qui vous emporte

Au firmament du ciel…

J’ai caressé tes lèvres

Du baiser de la fièvre

De l’amour retrouvé

Par nos histoires gravé…

La porte s’est refermée

Sur nos rêves affirmés

Nos cœurs ne faisaient qu’un

Nos corps ne faisaient qu’un

J’avais trouvé la porte

De l’amour éternel

Celui qui vous emporte

Au firmament du ciel…

 15  avril 2021©Copyright René Dubois

© 2010
Créer un site avec WebSelf