Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Plume Boissiéroise
LE MOT QUI PLAIT
LES MOTS QUI TAISENT LES MAUX
HUMANITE
Naître, paraître au premier jour,

Naître pour Être Enfant d’Amour…

Tu cries l’Amour, tu cries la Vie

Tu cries l’envie d’Humanité…

 

Parler des mains, parler sans voix,

Chanter  demain, tracer la voie…

Tu  dis l’Amour, tu dis la Vie

Tu dis l’envie d’Humanité…

 

Peindre un sourire, peindre l’enfance,

Penser, Ecrire,  sans ses souffrances…

Ecris l’Amour, écris la Vie,

Ecris l’envie d’Humanité…

 

Croquer la pomme, tout faire, tout boire,

Enfanter l’Homme, créer  l’espoir…

Vivez l’Amour, vivez la Vie,

Vivez l’envie d’Humanité…

 

Construire son nid, bâtir son toit,

 Ouvrir sa porte à l’Autre, Toi…

J’envie l’amour, j’envie la Vie,

J’envie l’envie d’Humanité…

 

Laisse les ringards, les princes consorts,

Ils n’ont d’égards que pour leur sort…

Ils fuient l’Amour, ils fuient la Vie,

Ils fuient l’envie d’Humanité…

Ils nient l’Amour, ils nient la vie,

Ils nient l’envie d’humanité…

 

Et  prie l’Amour, Et prie la Vie

Et  prie l’envie d’Humanité


05 février 2010 ©Copyright René DUBOIS

Mes cheveux se grisent
MES CHEVEUX SE GRISENT

 

Mes cheveux se grisent

De filets d’argent

Tu me restes éprise

Malgré tous ces ans…

 

Les heures, les secondes

Peuvent s’en aller

Tes yeux me fécondent

Des lueurs bleutées

D’un ciel bleu d’azur

D’un bleu horizon

D’un Amour si pur

Qui fuit les saisons…

 

28 juillet 1987

© 2010
Créer un site avec WebSelf